Recherche par nom, par titre

 

 
     
  Accueil > Catalogue > Les Ouvrages > COMME EN SEMANT  
 Voir une page
 

COMME EN SEMANT

texte de Philippe QUINTA
illustré par Claudine LOQUEN

Un père. Son enfant. Sa fille. Toute petite. Le quotidien de cette relation entre émerveillement, souvent, et agacement, parfois. Dans l’intimité des anges. Les premiers mots, les premières colères. À corps et à cris. Au fil des mois, des émois, dans la complicité qui se construit, parler, valser, jusqu’au vertige. Une histoire commune mais pourtant unique, tendre et lucide, dans laquelle les peintures de Claudine Loquen, virevoltantes de joie souveraine, jouent avec les mots de Philippe Quinta.

Prix : 12.00 €
 

56 pages - Quadrichromie - 15 X 21 cm - Broché
2013
ISBN 978-2-912360-83-0

 
 
 

CRITIQUES

"L'asile le plus sûr est le sein d'une mère et les bras d'un père" (adaptation d'un mot de Jean-Pierre Claris de Florian)
Des poèmes qui chantent l'amour paternel pour un bébé, voilà une chose pas très courante, surtout lorsqu'ils s'appuient sur une connaissance fine des attitudes des jeunes enfants. Incontestablement certains de ces poèmes gagneraient à être lus par des parents ou des enseignants dans les classes de grande section et des premières années du cycle II où pour nombre d'enfants la naissance d'un cadet ou d'une soeur plus jeune chagrine tellement qu'ils en sont perturbé.
Nul doute que l'esthétique du langage (porté par des mots simples) et la résonance des illustrations à tonalité intime ou l'inverse, permettra aux aînés de franchir une étape dans l'acceptation progressive du nouveau arrivé. Par ailleurs ces textes permettront de s'interroger sur l'univers des bébés et de réfléchir à quoi ils passent leur temps.
Voici quelques extraits pour les plus jeunes :
Un bruit inhabituel
suffit à te faire sursauter.
Que dis-je sursaut
c'est tout ton être qui tremble.

et pour des enfants de fin de cycle III, des collégiens ou des adultes :
Bientôt
miraculeusement
un mot jaillira de tes borborygmes
relique verbale que nous vénèrerons toute notre vie
si l'oubli ne l'enterre pas.
 JulesRomans - Critiques libres - http://www.critiqueslibres.org/i.php/vcrit/35918

Les premiers jours de la vie, les premiers mois… Et des mots, comme des instantanés pour accompagner l’essor de la vie. La lente conquête de l’autonomie, de l’identité. Les mots des parents, des mots d’amour et d’émerveillements.
Le lecteur traverse ainsi ses propres souvenirs de parent. Les images dégagent un silence serein, pareil à celui de l’enfant endormi qui éclaire toute la maison.
Un livre à contempler et à songer.
Patrick Joquel

Dans une langue sobre et limpide coulent les mots d’accueil du nouveau-né.
Le jour, la nuit, le monde est chamboulé par un ange qui semble téter l’éternité à longueur de temps. Est-ce l’enfant ? Est-ce le père qui sème « d’invisibles graines » avec « les yeux ouverts à l’extrême de toute chose » ?  Au fil des mois, des années, domine l’émerveillement : « Pas encore oiselles, tes mains/Malhabiles/tremblantes/Sont oisillons/au nid de ton commencement ».
Une attention extrême est accordée au présent des joies et des humeurs du bébé.
Son corps dit d’abord ce que les mots ne savent pas encore exprimer alors que « Nous/c’est de mots que l’on te couvre/de l’aube jusqu’à ton sommeil ». Et les yeux de l’enfant sont « éponges (qui) boivent tout ce qui bouge ».  Avec délicatesse,  le poète nous restitue les étapes  de l’enfant qui grandit, nous fait partager la magie de chaque découverte. Ses propos intimes émeuvent, réveillant peut-être en nous une part d’enfance plus ou moins enfouie. La jubilation des couleurs de l’illustratrice rencontre la douceur et la lumière des poèmes. Ce beau livre accompagne à merveille la naissance et le grandir d’une petite fille.
Jacqueline Panorias – Poésie-première

 

Écrivain : Philippe QUINTA

Philippe Quinta est né à Perpignan le 16 novembre 1960 à 6 heures du matin.
Il exerce le métier de professeur des écoles avec passion. Il tente d’élever quatre enfants dont un est plus grand que lui. Sa femme, Nadia, l’aide à corriger les tirs. Quand il n’écrit pas, il cuisine et vice versa.
Quelques uns de ses ouvrages depuis le dernier siècle :
L’arbre de Joachim, Utovie, 1999
La mort italique, L’arbre à paroles, Maison de la poésie d’Amay, 2001
La naissance du père, Encre Bleue, 2002
Tous les oiseaux du monde, anthologie des plus beaux poèmes de la poésie jeunesse, Maison de poésie, 2003
Regards, suivi de Dis-moi Sacha, Polder, Décharge / gros textes, 2004
Au bois char...

Illustrateur : Claudine LOQUEN

Peintre née à Sainte-Adresse, en Normandie, Claudine Loquen baigne dès son enfance dans un milieu sensible à l’art et troque très vite ses poupées contre des pinceaux. Des prédispositions qui la mènent à des études d’arts plastiques au Lycée Claude Monet du Havre puis aux Beaux-Arts de Rouen. Années de découvertes, rencontres avec ses maîtres : Dufy, Chagall, Frida Kahlo, Marie Laurencin … Mais c’est le visage de Berthe Morisot à son balcon, peint par Manet, qui laisse une trace indélébile dans sa mémoire.
Claudine Loquen s’est faite connaître à Paris, aux Deux Magots, à Saint-Germain-des-Prés puis à la galerie de l’Entrepôt. L’artiste participe à de nombreuses expositions en France et à l’étranger. Une agence canadienne lui décerne le prix France/Europe en 2008. Puis en 2011, le Sénat lui consacre une importante exposition personnelle dans le jardin du Luxembourg, sa trentième en moins de dix ans. Les œuvres de l’artiste sont invitées permanentes à la galerie Saint-Louis à Toulon et chez Art Total Multimédia à Québec.
...

 

propos de l'auteur

Ne rien perdre des intenses manifestations de ta vie nouvelle, pour en faire l’amoureux inventaire mais aussi pour connaître, voire pour reconnaître, ce que petit enfant j’ai comme toi senti et que ma mémoire a, pour je ne sais quelle raison, si profondément enfoui.
Philippe Quinta

     
© 2007 soc & foc - Contacts - Crédits